Le renforcement du rôle des sciences humaines et sociales à l’Académie du Royaume

5437685854_d630fceaff_b-

Les assises ont « également pour objectif d’aborder des questions fondamentales au sujet des sciences humaines et sociales et d’examiner les moyens de les développer » et il y a à cette fin « nécessité de financer la promotion de ces disciplines afin qu’elles contribuent à la réalisation d’un développement intégré basé sur la transition numérique » (Abdejlil Lahjomri).

1
Partager :

Rabat - Le renforcement du rôle des sciences humaines et sociales est susceptible de réaliser un développement intégré, bénéfique tant pour l’individu que pour la société, ont estimé, mercredi à Rabat, les participants aux Assises "Sciences Humaines et Sociales : Enjeux et perspectives".

Les intervenants à cette rencontre, organisée par l’Académie du Royaume du Maroc, ont souligné que les sciences humaines et sociales représentent des piliers essentiels du capital immatériel, mettant en avant leur rôle dans la promotion d’un modèle de développement réussi.

Ils ont dans ce sens appelé à enrichir le débat sur les contributions et les rôles sociaux et cognitifs de ces sciences, et à développer leurs pratiques, ainsi qu’à recourir à des outils de recherche didactiques.

S’exprimant à cette occasion, le secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a indiqué que ces assises "visent non seulement à faire une évaluation de la situation actuelle, mais aussi à dresser le bilan des connaissances accumulées sur les sciences humaines et sociales, et à prospecter l’avenir", mettant l’accent sur leur importance pour comprendre les mutations socio-économiques, culturelles et politiques.

M. Lahjomri a ajouté que cet événement a également pour objectif d’aborder des questions fondamentales au sujet des sciences humaines et sociales et d’examiner les moyens de les développer, soulignant la nécessité de financer la promotion de ces disciplines afin qu’elles contribuent à la réalisation d’un développement intégré basé sur la transition numérique.

Il a en outre souligné que l’Académie du Royaume du Maroc, conformément aux Hautes instructions Royales, s’active à produire des connaissances pour comprendre les mutations sociales, développer les compétences et promouvoir les valeurs humaines, évoquant l’expérience des sciences humaines et sociales au Maroc et leurs contributions à la valorisation du capital humain.

M. Lahjomri a, d’autre part, cité l’expérience de l’Institut de sociologie, fondé en 1959, et qui a constitué "une étape essentielle dans l’encadrement de la formation dans ce domaine", mettant en avant le rôle joué par cet institut pour jeter les bases de la recherche en sociologie au Maroc après l’indépendance, en fournissant des recherches théoriques et de terrain, et des mécanismes méthodologiques pour cerner la réalité marocaine, en particulier les phénomènes ruraux et les divers changements sociaux.

De son côté, Rahma Bourqia, membre de l’Académie du Royaume, s’est arrêtée sur les "manifestations de crise" dont souffrent les sciences humaines et sociales dans leurs approches des questions de l’individu et de la société, insistant sur la nécessité de réexaminer les modèles de représentation des grands phénomènes sociaux, leur nature et leurs évolutions, à l’instar des problématiques liées à la mondialisation, à l’histoire du monde, à la migration et à la culture, dans le contexte des mutations numériques.

Elle a estimé que la crise qui affecte les sciences humaines et sociales touche aussi divers phénomènes sociaux, en particulier ceux liés aux valeurs et aux mutations qu’a connues la famille, abordant les défis que les sciences humaines et sociales doivent relever au niveau de l’université marocaine.

Pour sa part, Ali Benmakhlouf, membre de l’Académie, a évoqué l’importance de financer la recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales et de l’intégrer dans les politiques publiques, passant en revue les efforts déployés pour promouvoir ces sciences.

L’intégrité scientifique, en tant que l’un des fondements de la recherche dans ce domaine, est liée à la vertu cognitive ou intellectuelle, a-t-il poursuivi, faisant état d’un certain nombre de principes sociaux que le chercheur doit retenir tels que la sincérité, la précision et la rigueur scientifique.

De son côté, Michel Wieviorka, directeur d’études à l’École des Hautes études en sciences sociales, en France, a axé son intervention sur "L’avenir des sciences humaines et sociales : perspectives et difficultés", en rappelant les étapes marquantes de l’histoire de ces disciplines et leur évolution au niveau des spécialités tels que le structuralisme, le fonctionnalisme et l’interactionnisme.

M. Wieviorka a abordé les changements qu’ont connus les sciences humaines et sociales à l’ère de la mondialisation, ainsi que le développement numérique et technologique qui "a eu des impacts sur la vie quotidienne et sur le travail des chercheurs".

Réunissant une pléiade d’experts marocains et étrangers, les Assises des Sciences humaines et sociales (7-8 février) ont pour objectif de mener une réflexion sur l’état des lieux de ces disciplines et leurs portées, à la lumière de leurs évolutions théoriques et conceptuelles, en rapport avec les enjeux et les défis auxquels sont confrontés les sociétés contemporaines, en général, et la société marocaine en particulier.

Les séances plénières abordent des thématiques générales liées aux sciences sociales dans leur rapport au numérique, à la pensée philosophique, à l’interdisciplinarité ou encore à leur rôle dans la société. Les ateliers, eux, portent essentiellement sur la situation des sciences humaines et sociales dans le contexte marocain pour en dresser l’état des lieux et faire un bilan de la production des chercheurs au Maroc.