Ceinture verte : Une sculpture dédiée au chef d’œuvre des travaux inachevés

5437685854_d630fceaff_b-
346
Partager :

Cet entrecroisement de tuyauteries, qui trône sur une plateforme en béton armée nature au milieu de la Ceinture verte de Rabat, une idée géniale (la Ceinture verte par l’entrecroisement) sortie de la vision écologique de Hassan II auquel la capitale du royaume ne sera assez reconnaissent, n’est pas une sculpture avant-gardiste ou postmoderne, ni le fruit d’un talent rare du Street Art. Mais seulement le chef d’œuvre des travaux inachevés et des entreprises commencées et par terminées, dans l’attente d’un complément de budget mal bouclé, d’une autorisation qui n’est pas arrivée ou tout bonnement l’abandon du projet.  Tant qu’on n’y est on pourrait l’orner d’une plaque commémorative indiquant : En témoignage de ce qu’on ne devrait pas faire et qu’on fait, et de ce quoi doit faire et on ne fait pas. Par la même occasion la Commission Spéciale pour le Modèle de Développement devrait se rendre sur les lieux pour une méditation collective et s’en inspirer dans son rapport final. Pour ceux qui souhaiteraient l’admirer, elle se trouve dans la partie de la Ceinture verte attenante au Siège de la DGST, du côté de Hay Riad.