Mawazine-2019 : Mohamed Assaf, la Palestine au cœur du festival

5437685854_d630fceaff_b-
357
Partager :

Le chanteur Mohamed Assaf, lundi à Rabat, un message de résistance d’amour et de paix du peuple palestinien au reste du monde.

Rabat - La star montante de la chanson palestininenne Mohamed Assaf a régné en maître sur la scène Nahda où il a laissé plané un air musical arabo-palestinien. Il a été l’artiste de la 4ème journée de la 18è édition du Festival Mawazine-Rythmes du Monde.

Nommé "le bien-aimé des Arabes", le lauréat de la 2ème saison de l'émission musicale Arab Idol a réduit les distances et rapproché le public marocain, réuni à la scène Nahda, de la Palestine, en chantant et citant la culture, les traditions ancestrales et les sites historiques de ce pays. 

Les festivaliers palestiniens, en nombre, ont créé une atmosphère de symbiose avec Assaf, à travers des chants et des danses accompagnant les rythmes riches du patrimoine orientale.

L'interaction remarquable avec les rythmes musicaux du chanteur palestinien ont donné un éclat et une particularité joyeuse à cette belle soirée, qui retersa gravée dans la mémoire de ses fans, venus nombreux pour apprécier sa voix authentique et forte.

Grâce à son interprétation éblouissante et sa forte présence sur scène, Assaf a transporté le public dans un périple faisant escale, chaque fois, à une période de la musique arabe authentique, à travers des paroles bien choisies et une musique raffinée pour donner lieu à un dialogue culturel entre l'Est et l'Ouest de la région arabe.

« Lawine Brouh », « Allouma », « Makank Khali », « Alla Lkoufia », ainsi que des chansons de George Wassouf, Assaf a chanté tous les registres et donné libre court à sa voix forte et unique, pour satisfaire tous les goûts et répondre à toutes les attentes du public.

Né en 1989 à Misrata, Mohamed Assaf est connu pour être le vainqueur de la 2ème saison d’Arab Idol en 2013. Avec plus de quatre albums à son actif, il offre un répertoire variant chansons jabali et titres modernes. Il avait reçu le surnom d'"Asaroukh" (la fusée) de la part du chanteur libanais Ragheb Alama.

Avec plus de 2 millions de festivaliers pour chacune de ses dernières éditions, Mawazine est considéré comme le deuxième plus grand événement culturel au monde.