Lancement du projet de renforcement institutionnel de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima

5437685854_d630fceaff_b-
1347
Partager :

Le projet de renforcement institutionnel à la bonne gouvernance de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a été lancé, ce lundi 22 mai à Tanger, sous le thème « Maroc-Andalousie: Un regard croisé sur la régionalisation ».

Initié par l'agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN) en partenariat avec l'agence andalouse de coopération internationale au développement (AACID), ce projet a pour objectif d'accompagner la mise en œuvre de la régionalisation avancée et de renforcer les capacités des acteurs locaux en matière de bonne gouvernance, via l'organisation de séminaires de formation, de rencontres et de visites d'échange leur permettant de bénéficier de la solide expérience andalouse en la matière.

Selon le directeur général de l'APDN, Mounir El Bouyoussfi, ce projet s'inscrit dans la continuité de la coopération décentralisée entre le Maroc, particulièrement la région du Nord, et le gouvernement autonome d'Andalousie (sud de l'Espagne) pendant plus de deux décennies, une coopération fructueuse qui englobe plusieurs secteurs, en l’occurrence la santé, l'enseignement, la culture et les infrastructures sociales.

Il s'agit de donner un nouveau souffle à cette coopération via l'implication des acteurs locaux dans la nouvelle philosophie de développement régional en leur permettant de s'approprier les outils de planification, d'audit et d'évaluation devant faciliter la gestion territoriale, a-t-il dit, ajoutant que le processus de régionalisation nécessite une conjugaison des efforts en vue de renforcer le cadre institutionnel pour être capable de remplir à bien les missions qui lui sont dévolues et atteindre le développement socio-économique escompté.

Pour le consul général d'Espagne à Tanger, Pablo Zaldivar Miquelarena, la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, qui connaît un développement économique remarquable, doit jouir d'un intérêt particulier, non seulement en ce qui concerne les infrastructures de base mais également sur le plan institutionnel et de bonne gouvernance, en tant qu'élément central dans l’État de droit pour lutter contre la corruption et avancer sur la voie du développement.

Le diplomate espagnol a, en outre, affirmé que le Maroc et l'Espagne partagent non seulement une relation d'amitié séculaire, mais des liens profonds dans les domaines économique et politique, soulignant l'importance de renforcer la coopération bilatérale et l'échange d'expériences de manière à servir les intérêts communs des deux pays, garantir leur stabilité et préserver les droits de leurs citoyens.  D'après le directeur de l'AACID, Néstor Fernandez Rodriguez, il s'agit d'une occasion pour échanger les expériences entre les responsables marocains et espagnols et partager la vision du gouvernement andalou en tant que communauté autonome en matière de gouvernance territoriale, l'objectif étant d'améliorer les services publics fournis aux citoyens tout en instaurant une politique de proximité et en impliquant les acteurs locaux dans le processus de gouvernance locale.

Même son de cloche chez le secrétaire général de l'action extérieure du gouvernement autonome d'Andalousie, Angel Sanchez Munoz, qui a souligné que la régionalisation avancée est un processus vital permettant d'améliorer les conditions de vie des citoyens et de réduire les disparités et les écarts entres les différentes régions, mais aussi entre les provinces composant une même région et les communes urbaines et rurales au sein d'une même province, voire même entre les quartiers développés et marginalisés.

Ce chantier, a-t-il poursuivi, nécessite la conjugaison des efforts entre les différents acteurs concernés et l'instauration d'une politique de proximité pour développer l'ensemble des territoires et palier aux différents problèmes auxquels ceux-ci sont confrontés, notamment celui de l'immigration.

Cette journée de lancement du projet de renforcement institutionnel à la bonne gouvernance de la région du Nord, qui s'étale sur deux ans pour un investissement de plus de 4 millions de dirhams, entend créer un espace de débats Nord-Sud entre les différents responsables et acteurs de la société civile des deux rives de la Méditerranée, à travers l'organisation de plusieurs panels animés par des experts marocains et espagnols à même de créer une synergie en matière de développement régional.

Il s'agit, notamment, de "la régionalisation au Maroc: ses mécanismes et ses atouts", "la régionalisation avancée au Maroc", "le cadre juridique et réglementaire de la formation continue au profit des collectivités territoriales" et "la société civile au cœur de la régionalisation".