La question du Sahara vue par Luis Aguero Wagner

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :

couv-tindouf-2

« Le Sahara est entièrement marocain »

Dans un article paru ce jeudi, publié dans le journal électronique espagnol « SigloXXI » et titré « Pourquoi le Sahara », le journaliste paraguayen Luis Aguero Wagner a démontré le ridicule derrière la contestation du Sahara au Maroc. En effet, selon lui, « les facteurs historiques, politiques et même économiques confirment la souveraineté du Maroc sur le Sahara. » Des facteurs comme les accords de Madrid établis sur la base de liens d'allégeance passés entre les tribus sahraouies et les sultans du Maroc prouvent que « le Sahara est entièrement marocain. » Après avoir présenté les différents aspects du conflit autour du Sahara, le journaliste a affirmé que « l'histoire et la réalité confirment incontestablement que le Sahara est marocain » et que les arguments des autres parties sont « pour le moins absurdes ».

« Le conflit du Sahara est un paradigme du conflit international fabriqué par l’héritage néfaste du colonialisme en Afrique »

Le Sahara occidental est encore en proie à un conflit opposant les indépendantistes sahraouis du Front Polisario au Maroc. Il est devenu un enjeu global illustrant la rivalité entre le Maroc et l’Algérie. Selon l'auteur de l'article, le conflit du Sahara est le résultat du colonialisme espagnol dans le Sud du Maroc et du soutien de l'Etat algérien aux séparatistes du « polisario » dans l'objectif de créer un « Etat fictif » et d'avoir un accès sur l'Atlantique.

Sachant que le Maroc est un « pays stratégique » en Afrique du Nord et qui détient le pouvoir sur la région du Sahara depuis la création de l'Etat marocain, le journaliste a critiqué « la vision colonialiste » de certains pays européens vis-à-vis de la question du Sahara. Luis Aguero Wagner a par ailleurs adressé des critiques à la gauche latine américaine à qui il reproche de prendre parti pour un groupe séparatiste dont « les objectifs sont plus que douteux. »

De même, il met en doute les « intérêts » qui font bouger des « activistes d'ONGs qui disent défendre de présumées causes altruistes », faisant observer que l’actuel secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz et son clan cherchent seulement leurs « intérêts en tirant profit du calvaire » de la population dans les camps de Tindouf.