Les femmes influentes en Afrique

5437685854_d630fceaff_b-
1
Partager :
couv-femmes-d'afrique  Elles sont éclairées, puissantes, influentes, ambitieuses et elles sont Africaines. Découvrez la sélection du Quid des femmes les plus influentes en Afrique Qui sont ces dames influentes en Afrique ? Entre décideuses politiques, actrices économiques et médiatiques, elles se sont distinguées par leur réussite et par leur leadership. Tour d’horizon des amazones africaines. Lalla Salma, 36 ans. Epouse du souverain marocain, Mohammed VI, et mère du prince héritier Moulay Hassan et de la princesse Lalla Khadija. Elle a le titre de princesse et est la « première dame » du Maroc. Ingénieure et humaniste, celle qui a fait chavirer le cœur du roi le plus influent d’Afrique, est influente par son engagement sociétal. Au-delà de son statut de first lady africaine, Lalla Salma est devenue un modèle pour la femme marocaine moderne. Sobre et raffinée, elle est engagée dans le monde de l’humanitaire avec sa fondation œuvrant pour la prise en charge des personnes atteintes de cancer. Ellen Johnson Sirleaf, femme politique libérienne, née en 1938. Présidente de la République du Libéria, depuis 2006. Prix Nobel de la paix en 2011, elle est économiste de formation. Ellen Johnson est la première femme élue à la tête d'un Etat africain. Ngozi Okonjo-Iweala, née en 1954, femme politique nigériane. Elle est nommée entre 2007 et 2011 directrice générale de la Banque mondiale. Elle est actuellement Ministre des Finances du Nigeria. Elle a fait ses études à Harvard. Isabel dos Santos,  La fille aînée de José Eduardo dos Santos, président angolais, est âgée de 41 ans. Reconnue pour être la femme d’affaires la plus riche d’Afrique, avec une fortune estimée à 3,7 milliards de dollars, selon un classement du magazine Forbes. Elle touche à tout, entre finance, diamants, énergie, télécoms, ciment, immobilier, agroalimentaire et grande distribution. Elle a même pu racheter des banques au Portugal. Nkosazana Dlamini-Zuma, préside depuis près de deux ans, la commission de l’Union africaine. Médecin de formation, elle a été ministre de la Santé, des Affaires étrangères et de l'Intérieur en Afrique du Sud. Femme de caractère, elle était mariée au président Jacob Zuma, qui la soutient et l’incite à lui succéder à la présidentielle sud-africaine de 2019. Folorunsho Alakija, Folorunsho Alakija, née en 1951, c’est une businesswoman nigériane, qui a étudié la mode à l'American College de Londres et la Central School of Fashion. Elle a été classée par le magazine Forbes, comme étant la femme la plus riche du Nigeria avec une fortune estimée à 2,5 milliards de dollars, au point d’être reconnue comme étant la nouvelle « femme noire la plus riche du monde », devant Oprah Winfrey. Elle était secrétaire avant de devenir styliste puis milliardaire. Elle est aujourd’hui à la tête de l’entreprise pétrolière Famfa Oil. Bridgette Radebe, Epouse de Jeff Radebe, ministre de la Justice et sœur de l’une des plus grosses fortunes africaines, Patrice Motsepe. Radebe est considérée comme l’une des femmes les plus riches d’Afrique du Sud. Elle préside le groupe minier Mmakau Mining. Miriem Bensalah Chaqroun, Elle s’est faite un nom à la tête du groupe Holmarcom. Première femme, à être élue à la tête de la titanesque Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Miriem Bensalah Chaqroun a su lier patronat et gouvernement. Elle est de facto, l’une des femmes les plus influentes du Maroc. Dambisa Moyo, Dambisa Felicia Moyo, économiste née en Zambie  1969, elle analyse la macroéconomie, l'influence de l'aide étrangère et les relations internationales. Formée à Oxford puis à Harvard, elle est classée par le magazine Time comme étant l’une des 100 personnalités les plus influentes du monde. Elle est actuellement à Londres, où elle siège aux conseils d’administration de SAB-Miller, de Barclays Bank et de Barrick Gold. Ses chroniques économiques sont publiées par le Financial Times et le Wall Street Journal entre autres. Ory Okolloh, Diplômée de droit à Harvard et ancienne avocate, à 36 ans, elle a créé un logiciel utilisé dans le monde entier (open source) et dirigé la stratégie subsaharienne de Google. Cette Kényane de génie poursuit son ascension en rejoignant la fondation Omidyar Network. Okolloh est responsable du pôle africain de Google depuis 2010.