Avec 72 MMDH de recettes et 11,3 millions de touristes, le Maroc première destination africaine

5437685854_d630fceaff_b-
609
Partager :

Orienté vers le renouveau et le digital, le plan d’action de l’ONMT pour l’année 2019 capitalise sur les acquis des chantiers précédemment menés et sur le renforcement du digital.

« Le tourisme marocain se porte bien, et la conjoncture économique est positive ». C’est avec ces mots que s’est félicité le directeur général de l’ONMT ( Office national marocain du tourisme) à l’occasion d’un point de presse organisé, ce mardi 22 janvier à Casablanca, dédié à la présentation du plan d’action de l’office pour cette année, et le bilan touristique marocain en 2017 et 2018.  

Le secteur du tourisme marocain a enregistré une nouvelle performance avec plus de 12 millions d’arrivées ( touristes étrangers et MRE), soit une hausse de 8% et un million de visiteurs de plus par rapport à l’exercice précédent, a noté M. Adel El Fakir.

Prochainement une ligne entre le Maroc et la Chine

Au cours de cette sortie médiatique, M. El Fakir a annoncé que l'office et le ministère de tutelle sont en train de boucler des négociations avec les autorités chinoises pour ouvrir une ligne directe entre le Maroc et la Chine.

« La future liaison aérienne sera opérationnelle fin 2019, ou au maximum au premier trimestre 2020 ». « Si on ne connaît pas encore la ville marocaine de départ (Casablanca, Marrakech ou les deux), le directeur a affirmé qu’elle desservira les villes de Pékin et/ou Shanghai », a ajouté le patron de l’ONMT.

Le Maroc, 1ère destination africaine

M. El Fakir a expliqué que le tourisme marocain joue un rôle majeur dans l’économie marocaine. Il présente 7% du PIB, 20% des exportations, en générant 520 000 emplois directs.  

Les chiffres confirment la bonne santé de l’industrie touristique marocaine, l’une des plus compétitives au monde, qui a réalisé entre 2000 et 2018 une croissance annuelle de 6% , ce qui représente 2 points de plus que la croissance mondiale du secteur,  plaçant ainsi le Maroc en 1ère destination africaine et 30ème mondiale, a indiqué El Fakir , lors de la présentation des réalisations et des perspectives de l’ONMT.

L’ensemble des indicateurs du secteur du tourisme font ressortir que le tourisme marocain est sur la bonne voie. En l’espace de dix années, le Royaume a pu se hisser au premier rang des pays touristiques à l’échelle continentale en devenant la 1ère destination en Afrique, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

En 2017, le Maroc a enregistré 11,3 millions de touristes, soit une hausse de 10% par rapport  à 2016. En parallèle, les recettes touristiques ont dépassé les 70 MMDH.

A fin novembre 2018, le nombre de touristes a atteint les 11,3 millions de touristes, soit une moyenne d’un million de touristes par mois et une hausse de 8,5% par rapport à l’année précédente.

En termes d’arrivées, le taux de croissance annuel moyen de la destination Maroc (TCAM) entre 2000 et 2017 est de 6% dépassant de 2 points le TCAM monde (Source OMT).

Les données relatives à l’aérien conforte cette vitalité du secteur puisqu’avant l’arrivée de l’accord  l’Open Sky signé en 2006, la capacité en siège a quasiment doublé, passant de 6 ,6 millions à 11,4 millions entre 2008 et 2017.

71,9 MMDH de recettes en 2017

Sur le volet financier, le tourisme a généré 71,9 MMDH de recettes en 2017, une hausse de 12% par rapport à l’année 2016. Le taux d’occupation, quant à lui a également réalisé une croissance en 2017, pour atteindre 43%, une hausse de 3 points par rapport à 2016.

Les nuitées 4 et 5 étoiles ont également connu une croissance, soit +15%  par rapport à 2016, avec 22,1 millions nuitées.

En outre, les compagnies opérant au Maroc sont allées crescendo : d’un peu moins de 24 à 50 actuellement dont pour certaines européennes la destination Maroc fait partie du Top 3. Dans ce registre, le Royaume est à près de 1.200 fréquences hebdomadaires comparées à moins de 300 il y a une quinzaine d’années.

Ces chiffres positifs sont le fruit de stratégies nationales multisectorielles qui ont permis le développement des infrastructures routières, aéroportuaires, et notamment ferroviaires couronnées récemment par le lancement du la LGV (ligne grande vitesse), sans oublier le renforcement de l’attractivité de la destination avec l’arrivée d’enseignes internationales.

Le positionnement du Maroc se reflète dans la dépense moyenne de ses touristes. Sur ce point, le patron de l’ONMT a expliqué, en citant les statistiques de l’Organisation Mondiale du Tourisme et SDT (suivi de la demande touristique), que le Maroc dépense en moyenne 634 dollars par touriste et par séjour en matière de sécurité, hébergement.. ).

Le Royaume devance la Grèce (589 dollars par touriste/ séjour), la France (514 dollars), et l’Egypte (503 dollars par touriste par séjour).

Selon le DG de l’ONMT, plusieurs éléments favorisent la croissance du secteur touristique au Maroc et ses offres, tel que les médinas (+8000 monuments historiques, les monuments historiques (9 sites patrimoines d’UNESCO), l’artisanat, les parcs nationaux, l’industrie hôtelière, ainsi que le sport.

« Le challenge qui attend le Maroc est la compétitivité et travailler en concertation avec les opérateurs pour renforcer l’offre touristique marocain », a fait savoir le patron de l’ONMT.

« La promotion du tourisme interne, qui reste un relais important de croissance, ainsi qu’une campagne ciblant les Marocains du monde est parmi les axes du challenges de l’Office », a poursuivi le DG. « En 2018, le tourisme domestique a été le premier client des établissements hôteliers et affichant une excellente performance. 

Et d’ajouter : « C’est un axe qu’il faut renforcer et réinventer puisque dans les destinations mondiales majeures, le tourisme interne reste un moteur essentiel du développement du secteur ».

Plan d’action 2019 : renforcer le pôle digital

Le plan d’action de l’ONMT pour cette année vise le renforcement du virage digital de l’ONMT attendu, notamment à travers l’adoption d’une communication en phase avec l’évolution du secteur touristique mondial.

Il s’articulera autour de deux missions principales : marqueter et commercialiser la marque touristique Maroc en utilisant des moyens innovants permettant de faire face à la concurrence régionale et mondiale.

Dans ce registre, le digital s’impose comme un chantier primordial. Pour ce faire, le plan d’action 2019 prévoit la mise en œuvre d’un certain nombre d’actions structurelles dont l’objectif principale est de renforcer le virage digital de l’ONMT en s’appuyant sur l’analyse constante des données (data et big data), préalable indispensable pour l’adoption d’une stratégie marketing plus pointue et mieux affinée.

En outre, le plan d’action 2019 ambitionne de mettre en œuvre une dynamique de renouveau dans l’objectif d’aboutir à court et à moyen terme à une transformation profonde de l’Office, tout en maintenant l’accélération des plans et chantiers en cours, ceci en parfaite concertation avec ses différents partenaires.