L’inénarrable Abdelmadjid Tebboune : Si ça va mal entre Alger et Paris c’est à cause de Rabat

5437685854_d630fceaff_b-
1089
Partager :

L’inénarrable président mal élu de l’Algérie, Abdelmajid Tebboune, se répand depuis sa candidature jusqu’à son installation par l’armée à la tête de l’Etat, et par la suite, en déclarations pour se donner une contenance et redonner à l’Algérie une voix à l’international. 

Ankylosé dans l’idéologie de la guerre froide qui a servi de moteur aux militaires dans leur usurpation du pouvoir depuis 1962, il continue à voir le Maroc dans tous les problèmes de son pays, prêtant au royaume plus qu’il n’en peut. 

Après avoir amusé la galerie au sommet de l’UA sur la position de « principe » de son pays sur le Sahara, il vient dans un long entretien avec le quotidien Le Figaro, une commande sur mesure pour renouer avec Paris que lui et ses amis n’ont cessé de vouer aux gémonies, de trouver l’origine des mauvaises relations de l’Algérie avec la France. Ce n’est le prétendu million, devenu au fil du temps1 million et demi, de martyrs, ni 130 ans de colonisation, ni moins encore les maladresses d’une diplomatie orgueilleuse et péremptoire mais, le Maroc ! Interrogé, il déclare : « Nous sommes pour des relations sereines avec la France, fondées sur un respect mutuel. À un certain moment, il faut regarder la vérité en face. Un premier pas est de reconnaître ce qui a été fait, le deuxième pas est de le condamner. Il faut du courage en politique. Mais il y a un autre lobby (le Maroc NDLR du Figaro), dont toute la politique repose sur l’endiguement de l’Algérie, et qui est présent en France. C’est un lobby, aux accointances économiques et sociales, qui a peur de l’Algérie. Même quand l’Algérie intervient pour proposer des règlements pacifiques à des crises, ce lobby tente de s’immiscer sous prétexte qu’il est également concerné. »

Que dire, sinon qu’on tremble devant l’Algérie et continuez comme ça Monsieur le président, ça nous rassure, avec vous l’Algérie n’est pas près de sortir de l’auberge.