Accusations au parlement : « le gouvernement exprime son étonnement »



1924
Partager :

Suite aux accusations formulées par Abdeslam Lebbar, président du groupe Istiqlali au parlement, au sujet d’une corruption généralisée gangrenant le système de l’éducation, le gouvernement a réagi El Khalfi a indiqué lors d’un point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement, que ce dernier s'est arrêté sur les graves accusations formulées contre plusieurs hauts fonctionnaires du ministère de l'Education nationale et de la Formation professionnelle lors de la séance mensuelle des questions orales sur la politique générale du gouvernement à la chambre des conseillers du 19 juillet courant, invitant le conseiller ayant porté ces accusations à fournir au gouvernement les documents à sa disposition pour pouvoir mener les investigations nécessaires. S'agissant des accusations formulées contre certaines personnes de la part dudit conseiller, le gouvernement exprime son étonnement à ce sujet dans la mesure où il ne dispose d'aucune preuve attestant de la véracité de ces accusations, a-t-il ajouté, mettant l'accent sur le principe de présomption d'innocence. De ce fait, les personnes en question continueront à remplir leurs fonctions respectueusement. Une affaire qui met à mal le gouvernement PJD, qui avait fait d’ « Al Fassad » son cheval de batail. Affaire à suivre.