MDJS : 2018, l’année du Football par excellence

5437685854_d630fceaff_b-
475
Partager :

L’année 2018 était riche en termes de sports. La MDJS (Marocaine des jeux et des sports) a dévoilé son bilan d’activités « L’année Football 2018 ». Cet édition sportive se penche sur une chronologie exhaustive des faits sportifs allant de janvier 2018 jusqu’à décembre 2018.

En janvier 2018, la famille du football marocain était sous le choc suite au décès du joueur Hamid Hazzaz. L’enfant du Maghreb de Fès s’imposait dès la fin des années 60 comme l’une des icônes du sport national. Il est devenu très vite l’un des piliers des Lions de l’Atlas. Et de participer aux phases finales de la Coupe du Monde au Mexique en 1970, durant laquelle il est aligné face à la Bulgarie. Double champion du Maroc en 1979 et en 1983 sous les couleurs de l’équipe fassie, Hamid Hazzaz laissera à jamais un souvenir indélébile dans le mémoire collective du peuple marocain.

Outre le décès de ce joueur, le Maroc a connu plusieurs rendez-vous sportifs, notamment la CHAN 2018, le Symposium CAF Football féminin, les compétitions africaines, et la CHAN 2018. Le Maroc a abrité en effet la 5e édition du Championnat d’Afrique des Nations. Cette compétition, dédiée aux joueurs africains évoluant sur le continent, suscite un engouement populaire sans pareil.

En marge de cette compétition, Casablanca a abrité la 40e session du Congrès de la CAF. Le conciliabule africain revêt une importance toute particulière, au vu de la nouvelle impulsion insufflée par le président malgache Ahmed Ahmed. Figuraient notamment à l’ordre du jour la désignation des nouveaux membres du comité exécutif mais également des considérations d’ordre budgétaire.

Ils étaient 16 pays à participer à ce championnat d’Afrique. Le Cameron, le Nigéria et le Côte d’Ivoire font partie des grandissimes favoris de cette compétition, aux côtés des Lions de l’Atlas. Mais que dire également de la Libye et du Soudan, qui alignent leur équipe A.

L’édition sports de la MDJS pour l’année 2018 n’a pas manqué de jeter la lumière sur le football féminin. « Promouvoir le football féminin en Afrique » était l’objectif symposium de la CAF à Marrakech organisé en mars 2018.

Il s’agit d’un forum qui est jugé de la plus grande importance au vu de la place prépondérante désormais prise par les femmes dans le monde du football. Présidente du symposium, Nawal El Moutawakel est consciente du grand chantier à mettre en place pour permettre aux représentantes du continent de se mettre au diapason des grandes puissances mondiales.

L’Académie Mohammed VI de football se distingue

Les phases finales des compétitions de jeunes ont permis aux observateurs de se rendre compte de l’immense travail qu’il reste encore à accomplir au niveau des clubs marocains pour favoriser l’émergence de jeunes talents susceptibles de représenter dignement les couleurs nationales.

Comme à l’accoutumée, l’Académie Mohammed VI de football et le Fath Union Sport se sont accaparés la majorité des trophées mis en jeu. Les représentants de la première nommée ont ainsi pris le meilleur sur l’AS Far dans la catégorie des U15 et ce, sur le score sans appel de cinq buts à un. Chez les U17, les joueurs du Raja Athletic Club Sport ont subi, eux aussi, le même sort, s’inclinant sur le score sans appel de trois buts à zéro. Et l’Académie Mohammed VI de football de réaliser un triplé retentissant, en l’emportant également chez les U19 grâce à une victoire méritée sur le FUS de Rabat (2-1). Créée en 2009,  cette Académie de prestige peut se prévaloir d’avoir enfanté certains éléments ayant brillé sous les couleurs des Lions de l’Atlas, et notamment Youssef Enssyri ( Leganes) et Hamza Mendyl ( Shalke 04).

Adieu Houmane, et merci pour tout !

Les nostalgiques s’en souviennent encore. En 3 juin 1970, les Lions de l’Atlas défient la grande équipe de RFA à l’occasion des phases finales de la Coupe du Monde organisée au Mexique. Dès la 21e minute, Ghazouani effectue au centre au cordeau. Le ballon, mal dévié par Schultz, est repris de la plus belle des manières par Houmane, qui trompe la vigilance du colosse Spp Maier. L’attaquant du Raja écrit ainsi l’une des plus belles pages de l’histoire du football national.

Houmane appartient en effet à cette longue lignée d’attaquants racés qui ont marqué les esprits et enchanté les foules marocaines. Ce buteur patenté, qui fait les beaux joueurs du Raja Athletic Club dès les années 60, aura ainsi côtoyé plusieurs générations d’atistes émérites au sein de l’escouade casablancaise. Il en va ainsi des Alliouat, Beaja, Benene, Ptit Omar, Said Ghandi et bien d’autres.