Technologie : Zapatero rêve de ''brider le pouvoir de ces multinationales''

5437685854_d630fceaff_b-
336
Partager :

Pour un pacte des droits numériques des citoyens, "pour nous permettre de savoir quelles sont les données détenues et stockées par ces compagnies, et quel usage en font-elles"

Tanger - L’ancien chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodríguez Zapatero, a appelé, samedi à Tanger, à adopter des lois et à établir des règles régissant l’usage et le stockage des données personnelles par les grandes multinationales du numérique de manière à combattre les abus qui sont légion dans ce domaine.

M. Zapatero, membre du Club de Madrid, qui intervenait à l’ouverture de la 2e édition du congrès de la technologie et de l’innovation, CyFy Africa, a estimé nécessaire d’impliquer toutes les forces vives œuvrant en faveur de la liberté de l’individu et de la protection des données, tant au niveau de la société civile qu’à l’échelle des gouvernements locaux et régionaux.

À l’instar des organisations mondiales veillant sur la légalité et la suprématie des lois dans nombre de secteurs, comme le commerce ou la santé, ou encore les tribunaux internationaux, il convient, "quoique cela relève de l’utopie", de mettre en place une instance chargée de "brider le pouvoir de ces multinationales", a-t-il préconisé.

Il a aussi recommandé d'élaborer un pacte des droits numériques des citoyens, "pour nous permettre de savoir quelles sont les données détenues et stockées par ces compagnies, et quel usage en font-elles". Selon lui, il s’agit de droits réels, bien établis, tout comme les droits régis par les codes législatifs "afin de garantir leur respect et surtout pour s’assurer de la reddition des comptes par les contrevenants".

Outre ces mesures, M. Zapatero a souligné l'impératif d’introduire le volet éthique et humain dans les discussions sur la technologie, et d’inviter le "débat philosophique" et les principes de la philosophie et de la morale à s'impliquer dans la révolution technologique actuelle.

"La philosophie et l’éthique doivent avoir leur mot à dire dans toutes les conférences, les réunions et les débats liés à la technologie, afin de donner à cette évolution envahissante un visage éthique, et par conséquent humain, si l’on souhaite garder l’essence de notre espèce et l’avenir de notre planète", a-t-il dit.