Le Maroc face à une double pression européenne et migratoire

5437685854_d630fceaff_b-
191
Partager :

Depuis la fermeture progressive de la route orientale et centrale de la migration, notamment via la Libye, le Maroc fait face à une forte pression migratoire

Le Maroc, qui est un partenaire majeur et essentiel pour l'Union Européenne, a tous les atouts pour contribuer de manière efficace au développement et au progrès de la région euro-méditerranéenne, ont affirmé ce mardi 9 octobre à Lyon (centre-est de la France) des responsables européens ayant pris part au G6 européen sur le terrorisme et la migration.

Représenté par le ministre de l’intérieur, Abdelouafi Laftit, le Maroc a participé lundi et mardi à ce sommet des ministres en charge des affaires intérieures de France, d’Allemagne, du Royaume-Uni, d’Espagne, d’Italie et de Pologne, auquel il a été invité avec les Etats-Unis, en reconnaissance de son rôle en matière de lutte contre le terrorisme et de préservation de la sécurité.

Le Maroc et l'Union Européenne doivent non seulement continuer à coopérer ensemble mais œuvrer conjointement en vue de faire face à la difficile situation que traverse toute la région euro-méditerranéenne que ce soit en matière d'immigration ou dans le domaine de la sécurité, a indiqué le commissaire européen chargé de la migration, des affaires intérieures et de la citoyenneté, Dimitris Avramopoulos.

Le responsable européen, qui s’est félicité des excellentes relations qu'il entretient avec les responsables marocains en charge de ces dossiers, a souligné le rôle qui est celui du Maroc à cet égard et l’apport substantiel qui est le sien pour le développement d’une région aussi importante aux plans géopolitique et géostratégique.

Le Maroc est un partenaire majeur très important pour l'Union Européenne, a-t-il insisté.

Dans une déclaration similaire, le ministre espagnol de l'intérieur, Fernando Grande-Marlaska, a affirmé, lui aussi, que le royaume et un "partenaire essentiel, principal et fiable» avec lequel l'Union Européenne, et l'Espagne en particulier, entretiennent des relations fructueuses que ce soit dans le domaine de la lutte contre le terrorisme ou en matière de gestion des flux migratoires.

S'agissant de la question de la migration, un fléau qui impacte aussi bien le Maroc que l'Espagne mais aussi l'Europe et une grande partie de l'Afrique, le ministre espagnol a plaidé pour une action commune et concertée entre les deux pays.

Depuis la fermeture progressive de la route orientale et centrale de la migration, notamment via la Libye, le Maroc fait face à une forte pression migratoire, a observé le responsable espagnol en appelant à une action conjointe entre les deux pays non seulement en matière de contrôle des flux migratoires mais aussi dans la lutte contre les mafias d'êtres humains en vue d’assurer la sécurité de leurs frontières.

Dans ses interventions devant ce sommet à six, réuni à l’initiative de la France, le ministre de l’intérieur a mis en évidence le rôle de premier plan joué par le Maroc en matière de lutte contre le terrorisme et de gestion des flux migratoires ainsi que la stratégie multidimensionnelle et humaniste mise en place par le royaume dans ces domaines.

Le ministre a mis également en exergue devant ses pairs du G6, les efforts déployés par le Maroc en matière de coopération nord-sud et sud-sud et qui lui valent la reconnaissance de la communauté internationale.

Ce sommet de deux jours a permis aux différentes délégations d’aborder les thématiques à l’ordre du jour, lesquelles se rapportent essentiellement aux enjeux de sécurité et de lutte contre le terrorisme et à la gestion des flux migratoires irréguliers.

Les échanges entre les délégations participantes ont également porté sur la coopération sécuritaire au Sahel, la lutte contre le terrorisme via internet et les techniques de communication.