CSMD : le RNI érige l’emploi, la santé et l’éducation en priorités

5437685854_d630fceaff_b-
591
Partager :

Rabat - Le secrétaire général du parti du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, a souligné, mercredi à Rabat, le caractère prioritaire de l’emploi, la santé et l’éducation dans la construction du nouveau modèle de développement.

"L'emploi, la santé et l'éducation devraient être érigés en priorités pour construire un nouveau modèle de développement qui réponde aux attentes des citoyens et réalise les valeurs de cohésion sociale, d'égalité et d'égalité des chances dans la société”, a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'une séance d'écoute des représentants du RNI organisée par la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) sous la présidence de M. Chakib Benmoussa.

Selon la perception du parti, travailler sur ces domaines fondamentaux, qui revêtent une grande importance dans le processus de développement, "nous permettra de trouver des solutions efficaces à divers problèmes sociaux", a estimé M. Akhannouch.

La vision du modèle de développement du RNI découle de principes et de valeurs sociétaux basés sur l'écoute de la société et de ses aspirations, a-t-il dit, ajoutant que le système de valeurs qui encadre ce modèle repose principalement sur trois valeurs sociétales : l'égalité, la responsabilité et la cohésion sociale.

Ce système de valeurs qui définit la vision du RNI du modèle de développement, et à l’élaboration duquel il contribue aux côtés des autres forces vives du Royaume, dans le cadre d'une responsabilité conjointe, d'une prise de conscience des défis posés et dans une atmosphère de confiance, sera le fondement d’une société où les citoyens jouissent des mêmes droits et ressentent le sentiment d'égalité et de cohésion sociale, et qui garantit à tout citoyen des chances égales pour l'inclusion sociale.

Outre son secrétaire général, le RNI était représenté à cette réunion par Rachid Talbi Alami, Anis Birou, Nabila Rmili, Mohamed Aujar, Saâdeddine Berrada et Mustapha Baitas, membres du bureau politique du parti.

La CSMD a tenu, depuis la semaine dernière, des réunions avec les représentants du Mouvement Populaire (MP), du Parti Justice et Développement (PJD), de l'Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), du parti de l'Istiqlal (PI), du Mouvement Démocratique et Social (MDS), du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS), de l'Union Constitutionnelle (UC), de l'Union Marocaine du Travail (UMT), de l'Union Générale des Travailleurs du Maroc (UGTM), de la Confédération Démocratique du Travail (CDT), de l'Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC) du Rassemblement national des indépendants (RNI) et de la fédération démocratique du Travail (FDT).

La CSMD avait décidé, le 24 décembre dernier, de procéder à l'écoute des institutions et des forces vives de la nation incluant les partis politiques, les syndicats, le secteur privé et les associations et ce, dans un esprit d'ouverture et de construction commune.

Cette écoute large et ouverte vise à recueillir les contributions et les avis des parties sollicitées en vue de l'élaboration d'un modèle de développement, avait indiqué la Commission.

Dans cette même logique de participation et d'inclusion, la CSMD avait fait savoir qu'elle mettra en place une plateforme digitale permettant de recevoir et de collecter les contributions et les idées soumises par les citoyens, afin d'enrichir le débat et de partager les expériences et les réflexions.

La Commission organisera également une série de réunions de terrain pour écouter les citoyens et les différentes composantes de la société marocaine dans l'optique de consolider l'esprit d'interaction et d'ouverture qui caractérise son travail.