Une ''Nuit de cristal'' en Europe du Nord, une démonstration de force ''coordonnée'' selon un expert

5437685854_d630fceaff_b-
218
Partager :

Copenhague - Les actes anti-sémites de vandalisme et de profanation ayant ciblé, le week-end dernier, des tombes et des bâtiments juifs dans plusieurs régions de l'Europe du Nord sont une démonstration de force "coordonnée", selon un expert suédois.

Des maisons et autres bâtiments juifs ont fait l'objet de vandalisme au cours du week-end, tandis que les Étoiles de David jaunes occupaient des emplacements différents au Danemark et en Norvège.

Les pays nordiques voisins, la Finlande et la Suède, ont également enregistré des actes de vandalisme antisémite, à l’occasion du 81e anniversaire de la Nuit de cristal, durant laquelle synagogues et magasins juifs ont été détruits par les nazis en Allemagne, en 1938.

"C’est une tentative pour montrer qu’ils sont forts dans tous ces pays. Qu'il existe une force motrice derrière eux et que cela peut dégénérer en incidents plus violents. C'est pourquoi l'opération a été coordonnée", a déclaré Magnus Ranstorp, chercheur à l'Université suédoise de défense (Försvarshögskolan) à Stockholm.

L'expert a soutenu que les membres du groupe néo-nazi, le Mouvement de résistance nordique (NRM), étaient à l'origine du vandalisme, faisant écho aux propos tenus par la communauté juive à Oslo.

À Copenhague, des vandales ont peint une grande étoile de David sur un mur et ont écrit "nordfront.dk", le site Web du NRM.

Interrogé par les médias danois Jacob Vullum Andersen, membre du NRM, a nié tous liens avec ces actes, assurant toutefois qu'il soutenait plusieurs incidents antisémites du week-end, dont les autocollants Etoile de David jaune.

"Nous pensons que c’est une bonne chose que les gens commencent enfin à se réveiller et réalisent que les infiltrations juives dans la société sont extrêmement préjudiciables et indésirables", a-t-il déclaré à TV2.

Une plainte a été déposée samedi, mais la police a indiqué ignorer quand exactement les tombes avaient été profanées.

La police du Jutland oriental a refusé mardi de dire si de nouvelles plaintes avaient été déposées concernant les événements du week-end.

"Nous enquêtons largement sur cette affaire. Nous n'avons aucun suspect spécifique. Nous avons reçu un certain nombre de rapports et les déclarations de témoins sur lesquels nous travaillons actuellement", a déclaré l'inspecteur de la police du Jutland oriental, Michael Kjeldgaard.

Kjeldgaard a ajouté qu'il était en contact avec d'autres districts de police danois. Des incidents ont été signalés à Randers, Copenhague, Aarhus, Silkeborg et Aalborg.