Migration : Le HCR dévoile un bilan alarmant

5437685854_d630fceaff_b-
229
Partager :

Les réfugiés et les migrants qui tentaient de rejoindre l'Europe par la mer ont perdu la vie à un rythme alarmant en 2018, souligne mardi le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), notant que six vies humaines ont été perdues, en moyenne, chaque jour lors des traversées de la méditerranée l’an dernier.

«Malgré une baisse importante du nombre d’arrivées sur les côtes européennes, un total de 2.275 migrants et réfugiés sont morts ou portés disparus en tentant de traverser la Méditerranée l’an dernier », précise le HCR dans un rapport intitulé « Voyages du désespoir », relevant que le nombre des arrivées en Europe par la mer en 2018 est celui le plus faible en cinq ans (139.300 arrivées).

Sur les itinéraires reliant la Libye à l’Europe, une personne est décédée en mer sur 14 arrivants en Europe – soit une forte hausse par rapport au taux de l’année 2017, poursuit le rapport, faisant observer que des milliers d’autres migrants ont été renvoyés en Libye, où elles vivent dans des conditions épouvantables dans des centres de détention.

Dans le même temps, l’agence onusienne note qu’une réduction des opérations de recherche et de sauvetage continue de faire de cette traversée maritime la plus meurtrière au monde. Or « sauver des vies humaines en mer n’est ni un choix, ni une question de politique, mais bien une obligation séculaire », a estimé Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, cité par le rapport.

Le rapport décrit, par ailleurs, la manière dont les changements intervenus dans la politique menée par certains États européens ont entraîné de nombreux incidents, au cours desquels un grand nombre de personnes ont été immobilisées en mer pendant plusieurs jours, dans l’attente d’une autorisation d’accoster.