L’Espagne hésite encore à enterrer le franquisme

5437685854_d630fceaff_b-
1790
Partager :

L’Espagne n’en finit pas d’hésiter à tourner définitivement la page du franquisme, tant ses partisans tiennent encore à lui garder une place dans le « Panthéon » madrilène. En effet a Cour suprême espagnole a décidé mardi de suspendre à titre conservatoire l’exhumation des restes de l’ex-général espagnol Francisco Franco, qui était prévue lundi prochain à 10h00 (HL).

Dans un communiqué du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), la haute juridiction espagnole justifie cette décision par sa volonté d’éviter le "préjudice" que pourrait subir la partie ayant présenté un recours contre l’exhumation de Franco à cause de l’exécution de cette procédure.

La décision répondrait aussi à la volonté de la Cour d’éviter le préjudice pouvant être causé aussi aux intérêts publics, au cas où le recours présenté par la famille de Franco est accepté par la justice et que les restes de l’ex-dictateur devaient être réinhumés au mausolée du Valle de los Caidos, dans la banlieue de Madrid, après leur exhumation.

Le gouvernement espagnol avait décidé en mars dernier que les restes de l’ancien dictateur Francisco Franco (1892-1975) soient exhumés et réenterrés le 10 juin prochain. 

La dépouille de Franco devait être exhumée du mausolée du Valle de los Caidos, lundi prochain, et réenterrée le même jour dans un cimetière de la localité d’El Pardo, près de la capitale espagnole. Cette procédure d’exhumation devait être exécutée sans la présence des médias.

La Cour suprême espagnole examine un recours présenté par la famille de Franco contre cette décision.

Le Congrès des députés (Chambre basse du Parlement) avait adopté, en septembre dernier, un décret portant réforme de la loi sur la mémoire historique permettant l’exhumation des restes de Franco du mausolée du Valle de los Caidos, où il est enterré depuis le 23 novembre de 1975.