Espagne : Pedro Sanchez pressenti pour la présidence du prochain gouvernement

5437685854_d630fceaff_b-
324
Partager :

Madrid - Le Roi Felipe VI d'Espagne a proposé le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), Pedro Sanchez, comme candidat à la présidence du prochain gouvernement lors du débat d'investiture prévu au Congrès des députés, a annoncé jeudi la présidente de la chambre basse du parlement espagnol, Meritxell Batet.

S'exprimant lors d'une conférence de presse après avoir été reçue par le souverain espagnol, Mme Batet a émis le souhait de voir ce débat se tenir "le plus tôt possible", ajoutant que sa date sera fixée après consultation de Pedro Sanchez, président du gouvernement en fonction.

Le Roi Felipe VI a décidé de proposer M. Sanchez après s'être réuni mercredi et jeudi avec les dirigeants des 15 formations politiques représentées au Congrès des députés, dont le secrétaire général du PSOE, parti qui a rempoté les élections législatives anticipées du 28 avril dernier.

Après sa réunion avec M. Sanchez au palais de la Zarzuela, le chef de l'Etat espagnol a convoqué la présidente du Congrès des députés pour lui remettre le document officiel de proposition du candidat à la présidence du gouvernement, conformément à la Constitution.

Après cette annonce, le président du gouvernement en fonction, a affirmé, lors d'une conférence de presse, qu'il accepte d'assumer cette tâche avec "honneur et responsabilité" ainsi qu'avec "une immense gratitude pour la confiance exprimée en lui par le peuple espagnol".

"C'est un honneur de pouvoir diriger l’Espagne", a souligné M. Sanchez, qui s'exprimait devant les médias au Palais de la Moncloa.

La vice-présidente du gouvernement espagnol en fonction, la socialiste Carmen Calvo, a appelé jeudi le Parti Populaire (droite) et Ciudadanos (centre-droit) à s’abstenir pour faciliter l’investiture du secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol. 

Le PSOE a remporté les élections législatives anticipées organisées les 28 avril en Espagne avec 28,7 % des voix et 123 sièges au Congrès des députés (chambre basse), mais sans réussir à obtenir la majorité absolue (176 députés).

Les socialistes ont besoin de nouer des alliances avec d'autres partis ou de leur abstention lors du vote d’investiture pour former un gouvernement.