Brésil: 58 morts et 305 portés disparus dans l’effondrement d’un barrage minier

5437685854_d630fceaff_b-
435
Partager :

Le bilan de l’effondrement d’un barrage du géant minier Vale à Brumadinho, dans l’Etat du Minas Gerais (sud-est), est monté à 58 morts et près de 305 disparus au troisième jour des opérations de recherche.

Intervenant lors d’une conférence de presse dimanche en fin de journée, Flavio Godinho de la Défense civile a confirmé 58 morts, dont 21 ont été identifiés, 192 personnes secourues et 305 portés disparus.

Plusieurs corps ont été retrouvés, dimanche, dans un autobus, enseveli sous la boue, a-t-il ajouté, sans donner de détails sur leur nombre.

Dimanche, aucun survivant n’a été retrouvé ce qui confirme que les craintes des services de secours que les espoirs de retrouver les disparus sont de plus en plus minces.

De plus, la pluie avait rendu les recherches plus difficiles au lendemain de la catastrophe. Le précédent bilan était de l’ordre de 37 corps retrouvés.

Par ailleurs 24.000 personnes ont été appelées à évacuer en raison de risque de rupture d’un second barrage du complexe minier de Córrego do Feijão, où s’est déroulé le drame de vendredi. L'alerte a été levée quelques heures plus tard.

Selon la presse locale, la justice a bloqué, dimanche, plus de 5 milliards de réais de fonds appartenant au groupe minier Vale pour réparer les dommages causés par la coulée de boue qui a enseveli plusieurs maisons et fait de nombreuses victimes.

Citant le parquet de l’Etat du Minas Gerais, le quotidiens ont indiqué que les fonds bloqués serviront à veiller à ce que les personnes touchées par la rupture du barrage soient dédommagées et reçoivent l’assistance nécessaire.

Cette décision porte à 11 milliards de réais (3 milliards de dollars) la somme bloquée sur les comptes du géant minier Vale à titre de réparations pour la rupture du barrage, depuis samedi.

Le gouvernement brésilien a en outre infligé deux lourdes amendes à Vale, une d'un montant de 250 millions de réais de l'agence publique environnementale Ibama et une autre de 99 millions de réais du ministère des Mines et de l'Energie.

Le bilan dépasse celui provoqué par une autre rupture de barrage en 2015, à Mariana, également dans l'État du Minas Gerais, ayant fait 19 morts et d’importants dégâts environnementaux.

À l'époque, des centaines de kilomètres carrés avaient été submergés par la boue, qui avait traversé deux États brésiliens jusqu'à l'océan Atlantique à travers le lit du fleuve Rio Doce.