Boeing se résout enfin à clouer ses B 737 Max au sol

5437685854_d630fceaff_b-
246
Partager :

Après consultation de l’Administration fédérale de l’aviation américaine (FAA), de l’Agence américaine de sécurité des transports (NTSB) et de ses clients, le constructeur aéronautique Boeing appuie les mesures visant à maintenir à titre temporaire ses avions 737 MAX au sol.

« Boeing continue d’accorder toute sa confiance dans la sécurité de ses avions 737 MAX. Toutefois, après avoir consulté les représentants de l’Administration fédérale de l’aviation américaine (FAA), de l’Agence américaine de sécurité des transports (NTSB), ainsi que des autorités aéronautiques et de ses clients du monde entier, Boeing a décidé — au nom du principe de précaution et dans le but de rassurer les passagers quant à la sûreté de l’appareil — de recommander à la FAA la suspension à titre temporaire de l’exploitation des 371 appareils qui constituent la totalité de la flotte mondiale de Boeing 737 MAX », peut-on lire dans un communiqué de Boeing.

« Au nom de toute l’équipe de Boeing, j’adresse mes plus sincères condoléances aux familles et aux proches des personnes qui ont perdu la vie dans ces deux accidents tragiques », a déclaré Dennis Muilenburg, président-directeur général de Boeing.

« Nous soutenons cette mesure proactive par souci de prudence. La sécurité est une valeur fondamentale de Boeing depuis que nous construisons des avions, et elle le sera toujours. Il n’existe pas de plus grande priorité pour notre Groupe et notre secteur industriel. Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour comprendre la cause de ces accidents, en partenariat avec les enquêteurs, apporter des améliorations de sécurité et faire en sorte que ces catastrophes ne se reproduisent plus. » Boeing formule cette recommandation et appuie la décision de la FAA.

Rappelons qu’un Boeing 737 d'Ethiopian Airlines qui effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi s'est écrasé dimanche 10 mars, peu après le décollage et les 157 personnes qui se trouvaient à bord ont péri dans l'accident, dont 19 employés de l'ONU.

Deux Marocains ont péri dans ce crash : Il s’agit de Ben Ahmed Chihab, 60 ans, directeur régional du Développement durable dans la région de Tafilalet-Draa, et El Hossein Siouti, 63 ans, directeur de la branche de physique à la Faculté des sciences relevant de l’Université Hassan II de Casablanca.

L’information de leur décès a été confirmée par les départements dans lesquels ils travaillaient. Sur leur compte Facebook, le ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah, et le secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Khalid Samadi, expriment leur tristesse et présentent leurs condoléances.

Les deux hommes devaient représenter leur pays à la 4e Assemblée de l’ONU pour l’Environnement à Nairobi. Samadi précise que les deux victimes étaient des chercheurs reconnus.   

De plus, quelque 35 nationalités étaient représentées parmi les passagers et l'équipage à bord du vol ET 302, qui s'est écrasé à environ 60 km au sud-est d'Addis Abeba, près de Bishoftu.

Les détails concernant l'identité des passagers commençaient à émerger: un député slovaque, Anton Hrnko a ainsi perdu sa famille : "C'est avec une infinie tristesse que j'annonce que ma chère épouse, Blanka, mon fils Martin et ma fille Michala ont péri dans la tragédie aérienne à Addis Abeba ce matin".

En outre, 19 employés de l'ONU ont péri dans le crash, a annoncé le porte-parole du directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), Antonio Vitorino.

Les victimes du crash étaient de 35 nationalités différentes, selon des chiffres provisoires de la compagnie. Celle-ci a notamment dénombré 32 Kényans, 18 Canadiens, 9 Ethiopiens, 8 Italiens, 8 Chinois, 8 Américains, 7 Français, 7 Britanniques, 6 Egyptiens, 5 Allemands et 4 Indiens. Un passager voyageait avec un passeport onusien.

Les compagnies et pays qui clouent au sol leurs Boeing 737 MAX 

Rappelons que le Boeing 737 MAX est sur la sellette, après deux crashs en moins de 5 mois, l'un en octobre en Indonésie, l'autre ce dimanche en Éthiopie. Deux accidents tragiques présentant des similitudes. Le problème pourrait venir d'un dysfonctionnement du système de stabilisation en vol.

Les États-Unis ont annoncé mercredi qu'ils clouaient au sol les Boeing 737 MAX 8 et 9, emboîtant le pas à de nombreux pays et compagnies aériennes ayant fermé leur espace aérien ou immobilisé leurs avions à la suite du crash.

- Aux États-Unis :

Le président Donald Trump a annoncé mercredi 13 mars, "en urgence l'interdiction de tous les vols des 737 MAX 8 et 737 MAX 9", au nom de "la sécurité des Américains et de tous les passagers".

- En Europe :

L'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA, 32 Etats membres dont tous les pays de l'UE) a fermé mardi 12 mars l'espace aérien européen aux Boeing 737 MAX 8 et MAX 9 qu'ils soient à destination, au départ, ou à l'intérieur de l'Union européenne.

La Serbie a banni les 737 MAX 8 et 9, l'Albanie tous les 737 MAX.

- Ailleurs dans le monde :

Le Canada a banni mercredi de son espace aérien les 737 MAX 8 et MAX 9 "jusqu'à nouvel ordre", après avoir analysé "des données satellitaires qui suggèrent une similarité dans le profil du vol" des Boeing accidentés de Lion Air et d'Ethiopian. Air Canada exploite 24 appareils, WestJet 13.

L'Egypte, la Turquie, le Liban, le Vietnam, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Singapour, les Emirats arabes unis et le Koweït ont interdit tous les Boeing 737 MAX dans leur espace aérien.

La Malaisie, le Chili, et la Guinée-Equatoriale ont fait de même pour les B-737 MAX 8 et le Panama et le Costa Rica pour les MAX 8 et 9.

La Namibie a fermé ses aéroports à toute la série des 737 MAX mais ne leur interdit pas de traverser son espace aérien.

- La Chine :

La Chine a enjoint à ses compagnies aériennes de suspendre les vols des Boeing 737 Max 8. Un total de 76 Boeing de la famille 737 MAX ont été livrés à une dizaine de compagnies aériennes chinoises.

- L'Indonésie :

L'Indonésie, dont la compagnie Lion Air a perdu un Boeing 737 MAX 8 le 29 octobre 2018 avec 189 personnes à son bord, a immobilisé lundi sa flotte de 11 Boeing 737 MAX 8.

- Le Brésil :

Le régulateur du transport aérien a suspendu mercredi tout vol de 737 MAX 8. La seule compagnie du pays exploitant cet appareil, Gol, l'avait fait dès lundi.

Oman a suspendu les opérations des cinq Boeing 737 MAX de la compagnie nationale Oman Air et interdit tout vol de 737 MAX de et à destination du sultanat, la Corée du Sud a requis l'immobilisation des deux appareils de la compagnie locale à bas prix Easter Jet.

La Mongolie a cloué au sol l'unique 737 MAX 8 du transporteur national Mongolian Airlines, et le Kazakhstan fait de même pour le seul MAX 8 de sa compagnie SCAT Airlines.

L'Inde a cloué mardi au sol les flottes de Boeing 737 MAX de ses compagnies Spicejet et Jet Airways.

- Ethiopian Airlines a cloué au sol ses 4 Boeing 737 MAX 8 restants.

- Tuifly (Allemagne et Grande-Bretagne, 15 avions), flyDubai (Emirats arabes unis, 13), Gol (Brésil, 7), Aeromexico (Mexique, 6), LOT (Pologne, 5), Aerolineas Argentinas (Argentine, 5), Icelandair (Islande, 3), Comair (Afrique du Sud, 1), S7 (Russie, 2) et Cayman Airways (Iles Caïmans, 2) ont immobilisé leurs Boeing 737 MAX 8.

- Norwegian Air Shuttle (Norvège, 18 avions) et Turkish Airlines (Turquie, 12) avaient immobilisé leurs Boeing 737 MAX avant que leur autorité de sécurité aérienne ne le leur impose.

La compagnie indonésienne Lion Air a annoncé mardi 12 mars le report de la réception d'une commande de quatre Boeing 737 MAX.

Norwegian Air Shuttle a prévenu mercredi 13 mars qu'elle allait "envoyer la facture" de l'immobilisation de ses 18 appareils à Boeing.