Algérie: 13 blessés dans une manifestation pour un meilleur accès à l'eau potable

5437685854_d630fceaff_b-
201
Partager :

Treize personnes ont été blessées dimanche 28 avril dans une commune de l'est de l'Algérie par des tirs de chevrotine lors d'une manifestation organisée devant une usine de mise en bouteille d'eau minérale pour réclamer l'amélioration de l'approvisionnement en eau potable, selon l'agence de presse officielle APS.

Des dizaines de manifestants étaient réunis devant l'usine Youkous à Hammamet lorsque l'un des propriétaires a tenté de les disperser en tirant à l'aide d'un fusil de chasse, faisant 13 blessés, ont indiqué les services de sûreté de la préfecture de Tébessa, cités par APS. Les 13 blessés ont été transportés à l'hôpital de Hammamet et la police est intervenue, selon la même source.

Les manifestants ont incendié des pneus et un camion de vente d'eau devant l'usine, a-t-on ajouté.

La télévision nationale a montré des images d'un bâtiment en feu indiquant que l'usine avait été incendiée.

Les manifestants s'étaient auparavant rendus devant la mairie de Hammamet pour protester contre les autorisations accordées par les autorités pour l'exploitation d'eau de source, considérée par les manifestants comme de l'eau potable devant être distribuée à la population.

Cette manifestation survient dans un contexte de contestation populaire qui se poursuit à travers l'Algérie depuis le 22 février et qui a notamment provoqué la chute le 2 avril du président Abdelaziz Bouteflika après 20 ans à la tête du pays.

La contestation réclame désormais le départ des figures du régime Bouteflika et la mise en place d'institutions de transition.

Ce dimanche 28 avril, les étudiants ont entamé la semaine avec des actions de protestation au sein de plusieurs campus de la capitale et dans d’autres wilayas, rapporte le site d’information TSA. À l’Université des sciences et technologies Houari Boumediène de Bab Ezzouar, ils sont sortis manifester dans les rues de la ville pour réclamer un réel départ du pouvoir et affirmer la poursuite de leur mouvement.

La grève a concerné également de nombreuses facultés et écoles supérieurs, notamment les universités de Bouira, Béjaia, Sétif, Constantine, Msila, Naâma ou encore Oran.

Ce mardi 30 mai, des manifestations d’étudiants sont prévues dans plusieurs wilayas, notamment à Alger et Blida.

Une sortie attendue de Gaid Salah

Dans ce contexte, toujours selon TSA, le chef de l’état-major et vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaid Salah, sera en visite dans la cinquième région militaire (Constantine) les 29 et 30 mai. Une sortie pendant laquelle il va superviser des exercices à munitions réelles et se réunira avec les cadres militaires de la région. 

Il est attendu qu’il prononce un nouveau discours où il abordera la situation politique, comme il l’a fait lors de toutes les visites qu’il a effectuées depuis le début du mouvement populaire le 22 février. 

Le chef de l’armée est attendu sur plusieurs questions dont les poursuites judiciaires contre des oligarques et figures politiques pour lesquelles il devrait renouveler son soutien, ainsi que sur la question de la transition que les Algériens continuent à vouloir mener sans les figures de l’ancien système encore au pouvoir.

Grande marche nationale des syndicats autonomes

Il reste deux jours pour la fête du travail du premier mai. Une grande marche nationale des travailleurs se déroulera à Alger à l’appel de la confédération des syndicats algériens (CSA). 

Cette manifestation à laquelle ont appelé une douzaine de syndicats autonomes n’aura d’autre objet que de réclamer le changement réel du pouvoir et « n’aura pas de dimension socio-professionnelle », selon Sadek Dziri, président de l’Unpef et coordinateur de la Confédération.

« Nos revendications ne seront pas différentes de celles portées par le peuple depuis le 22 février. Nous demanderons le départ des trois B, nous dirons non aux élections prévues pour le 4 juillet car il est impossible de les tenir dans ces circonstances et nous demanderons l’accélération de la mise en place d’une période de transition avec des figures qui jouissent de la confiance des citoyens », a déclaré le syndicaliste au site d’information algérien TSA Arabi.