''Souq Al Maghrib'' à Nouakchott, un marché aux couleurs des fruits et légumes marocains

5437685854_d630fceaff_b-
512
Partager :

Nouakchott - "Souq Al Magrib" ou "Marsa Maroc" comme se plaisent à le surnommer les Mauritaniens est considéré comme le plus grand marché de gros de fruits et légumes en Mauritanie et le principal fournisseur de la capitale Nouakchott et des autres villes mauritaniennes en ces produits et autres denrées de base importés du Royaume. Il constitue ainsi le cœur nodal d’une grande activité économique.

Situé au cœur de Nouakchott, ce marché est aussi la destination privilégiée des personnes fuyant le spectre du chômage, au regard des opportunités d’emplois qu’il offre, que ce soit en achetant ces produits pour les revendre ensuite au détail ou dans des magasins et autres marchés de la capitale et de sa banlieue ou dans d’autres villes. Une autre activité et non des moindres est le déchargement de dizaines de camions qui arrivent quotidiennement sur ce marché en provenance du Maroc.

L’activité à telle enseigne qu’il est parfois difficile d’y accéder en raison de la forte congestion des routes qui y mènent tout au long de la journée. Sans compter les nombreux vendeurs ambulants qui opèrent dans les environs, dont des Mauritaniens et d’autres commerçants de l’Afrique subsaharienne qui font l’étalage des produits achetés à "Marsa Maroc". Le marché, qui attire des milliers de clients de partout, est à lui seul toute une dynamique économique et une activité commerciale qui génèrent de grands bénéfices. 

Souq Al Maghrib, appelé ainsi en raison de sa proximité de la Mosquée Hassan II connu sous le nom "Mosquée du Maroc", sachant que le marché abrite des marchands de fruits et légumes de certains pays voisins, le Sénégal et le Mali notamment, qui y affluent pour écouler leurs marchandises locales et s’approvisionner en produits marocains à revendre dans leurs pays. 

Dans la foulée de cette dynamique, la main-d'œuvre locale et étrangère renforce la vitalité du marché et de son environnement, ainsi que les opérateurs qui s’adonnent à la livraison de ces marchandises que ce soit à bord de camions, de triporteurs ou d’autres moyens de transport.

Pour Hassan Al-Hawas, le plus grand importateur et distributeur de fruits et légumes en gros à "Marsa Maroc", si le marché comprend de négociants mauritaniens et étrangers, les Marocains viennent en tête en raison de leur forte présence et la régularité de leurs approvisionnements qui arrivent en grandes quantités. S’ajoute à cela leur rôle important dans l'activation du marché de l'emploi local et étranger, contribuant de la sorte à la dynamique commerciale et à la prospérité économique dans différentes régions du pays, même au niveau des zones isolées.

L’espoir d’un grand marché moderne

Au fil des années, "Marsa Maroc" est ainsi devenu une importante plateforme régionale pour l'exportation d'importantes quantités de marchandises marocaines vers les pays voisins, se targue-t-il, estimant qu'entre 300 à 400 tonnes de fruits et légumes sont importés du Maroc chaque semaine. Cet espace commercial reçoit chaque semaine au moins 30 camions-remorques en provenance du Royaume, a-t-il précisé.

A lui seul il emploie une cinquantaine personnes de façon permanente, dont des Mauritaniens et des ouvriers d'autres pays africains.

Originaire de Tiflet, Al-Hawas qui joue également le rôle de "fiduciaire" des commerçants sur le marché, se contentait, il n’y a pas si longtemps, d’acheminer les marchandises de la ville de Casablanca à la frontière maroco-mauritanienne et, au mieux, à la ville de Nouadhibou (Nord), avant qu’il ne décide par la suite de s’installer au "Marsa Maroc".

Son approvisionnement en fruits et légumes, il le fait dans différentes régions du Royaume, notamment d’Agadir, Casablanca, Meknès, Fès, Moulay Bousselham, Beni Mellal, Zagoura et la région de Dokkala.

Les taxes imposées aux commerçants de "Marsa Maroc" ? il ne s’en plaint pas beaucoup, expliquant que les commerçants marocains sont traités sur un même pied d'égalité avec leurs homologues mauritaniens, soulignant toutefois que l'État mauritanien revoit à la hausse de temps en temps les droits de douane sur les marchandises importées du Maroc pour protéger les produits locaux, surtout durant certaines périodes au cours desquelles ces produits agricoles sont abondants.

S’il n’a pas à s’en plaindre, il espère que le marché sera plus organisé et équipé de magasins frigorifiques, dont l'absence augmente les coûts qu’occasionne leur location pour maintenir la qualité des produits.  Son souhait le plus ardent est la création d’un marché moderne qui réponde à tous les besoins des commerçants et les dispense de nombreuses charges supplémentaires, d’autant plus qu’il représente un facteur essentiel pour la prospérité économique de la Mauritanie.

*MAP