La Zone de libre-échange continentale africaine, les premiers pas d’un rêve africain

5437685854_d630fceaff_b-
318
Partager :

Niamey - Cinq instruments opérationnels de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) ont été officiellement lancés, dimanche à Niamey, au terme du 12ème Sommet extraordinaire de l'UA.

Les instruments lancés sont relatifs aux "règles d'origine", au "portail en ligne pour les offres tarifaires", à la "notification, au suivi et à l'élimination de barrières non tarifaires", au "système panafricain de paiement et de règlement numérique" et, enfin, à "l'Observatoire du commerce africain".

L'opérationnalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) "s’inscrit parfaitement ‘’ dans la vision du Roi Mohammed VI pour une Afrique ‘’intégrée et prospère", avait indiqué, dimanche à Niamey, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale  marocain Nasser Bourita.

Selon la vision du souverain marocain, ‘’la création de la ZLECAF, loin d’être une fin en soi, marque le début d’un dessein collectif plus vaste. Elle est l’expression d’un nouveau modèle de co-développement en Afrique, d’un modèle inclusif, solidaire et efficient, au service du citoyen africain", a ajouté M. Bourita dans une déclaration à la MAP, en marge du 12ème Sommet extraordinaire de l’Union africaine auquel il représente le Roi.

Pour M. Bourita, qui représentait le Roi à ce sommet, il est judicieux que cette aspiration portée par la création de la zone de libre-échange continentale africaine soit nourrie et accompagnée par des mesures concrètes

Intervenant à cette occasion de cette opérationnalisation, le président en exercice de l'UA, le chef de l'Etat égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a souligné que les pays africains ont, désormais, une perception plus claire de la manière d'aller de l'avant dans la concrétisation, de bout en bout, de la ZLECA.

"Nous avons lancé cinq instruments pour lancer la ZLECA et renforcer l'intégration financière et les échanges commerciaux", a-t-il ajouté, soulignant la nécessité de maintenir le rythme pour que cette zone de libre-échange puisse être un tournant décisif dans l'histoire du continent.

A cette occasion, une plaque commémorative du lancement de la ZLECA a été dévoilée.

Dans la matinée, le Nigeria et le Bénin, deux des pays qui n'avaient pas encore adhéré à la ZLECA, ont signé l'accord instituant ce bloc commercial et douanier. De leur côté, le Gabon et la Guinée équatoriale se sont joints aux pays ayant déposé leurs instruments de ratification.

Après la signature du Nigeria et du Bénin de l'accord de la ZLECA, seule l'Erythrée n'y a pas encore adhéré.