L'Australie optimise son partenariat avec le Maroc

5437685854_d630fceaff_b-
420
Partager :

Le Maroc et l'Australie ont exprimé, lundi 4 février, leur volonté de renforcer leur coopération dans les secteurs de l'agriculture et de la pêche maritime. Ceci rentre dans le cadre de la visite du ministre de l’Agriculture de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, M. Aziz Akhannouch, accompagné de Mme Mbarka Bouaida, Secrétaire d’Etat chargée de la pêche maritime, et d’une importante délégation composée du président de la fédération des chambres de commerce, des présidents des chambres d’agriculture et des pêches maritimes, des professionnels des deux secteurs et de responsables des départements de l’agriculture et de la pêche maritime.

« Le gouvernement de l'Etat de Victoria a montré un grand intérêt à accompagner le Maroc dans son développement agricole et halieutique ». C’est ce qu’a souligné le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, M. Aziz Akhannouch, dans une déclaration à la MAP à l'issue de sa rencontre avec la ministre de l'Agriculture de l'Etat de Victoria, Mme Jaclyn Symes.

Cette rencontre était une occasion pour s'informer sur l'expérience australienne dans les domaines de la formation, de la recherche et de la biosécurité, en plus des projets de développement, tels que l'aquaculture et le développement des marchés de poisson, a relevé le ministre, qui était accompagné de Mme Mbarka Bouaida, Secrétaire d'Etat chargée de la pêche maritime, et de M. Karim Medrek, Ambassadeur du Royaume en Australie.

« L'Australie adopte une vision très axée sur la qualité des produits et la biosécurité, des aspects qui intéressent particulièrement le Maroc », a indiqué M. Akhannouch, qui a souligné que les deux pays sont appelés à « développer encore plus de partenariats »dans les deux secteurs d'activité.

Le même son de cloche chez Mme Symes, qui a noté que Canberra et Rabat accordent un intérêt particulier au développement de l'agriculture et de la pêche maritime, deux secteurs porteurs des économies des deux pays.

« Une tel développement passe nécessairement par l'innovation et l'adoption des nouvelles technologies", a affirmé la ministre, faisant savoir que ces deux composantes constituent des conditions sine qua non pour "assurer la prospérité de ces filières".

Outre la rencontre avec Mme Symes, la délégation marocaine a visité notamment le centre Agri-Bio dédié à la recherche et aux technologies agricoles, et la société Mainstream, le leader australien en technologies et systèmes d’aquaculture.

La journée a été également marquée par plusieurs rencontres B2B pour les professionnels marocains avec les opérateurs australiens, notamment à la Chambre de Commerce et d'Industrie arabo-australienne.

Maroc-Australie : le commerce bilatéral dépasse les 97 millions de $ australien

Toujours dans le cadre de cette visite diplomatique, l'Australie ambitionne d'optimiser et d'étoffer son partenariat avec le Maroc. C’est ce qu’a affirmé, M. Rolland Jabbour, Président de la Chambre arabo-australienne de commerce et d'industrie (AACCI), estimant qu'il existe un potentiel énorme pour développer la coopération bilatérale.

« Nos pays ont des intérêts communs dans le commerce et l'investissement et nous partageons des valeurs similaires propices à la compréhension et à la coopération », a souligné M. Jabbour dans une déclaration à la MAP en marge d’une cérémonie organisée à l'occasion de la visite d'une délégation marocaine présidée par le ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, M. Aziz Akhannouch.

Pour l'Australie, la décision prise en 2017 d'ouvrir une mission diplomatique résidente à Rabat « illustre parfaitement l'intérêt croissant exprimé par Canberra pour renforcer nos relations bilatérales », a relevé le président de l'AACCI, faisant savoir que cet intérêt s'illustre également par la mission de l'AACCI au Maroc en mars 2017 et la programmation d'une prochaine mission commerciale au Maroc en avril prochain.

Dans le cadre de cette nouvelle phase de relations « plus étroites » entre Canberra et Rabat, « je pense qu'il existe un potentiel énorme pour développer notre coopération bilatérale dans divers domaines », a soutenu M. Jabbour.

S'agissant de la visite de la délégation marocaine, le patron de l'AACCI a relevé que cette initiative «s’inscrit en droite ligne avec nos intérêts mutuels et nos efforts pour enrichir et développer nos relations bilatérales”.

« Cette visite permettra aux opérateurs marocains de découvrir certaines régions rurales clés de l'Australie, à Victoria, en Nouvelle-Galles du Sud et en Australie-Méridionale, dans l’objectif de s'enquérir de l'expérience australienne dans les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la pêche maritime », a-t-il noté, ajoutant que cette initiative « intervient à un moment très important pour la coopération entre les deux pays ».

Rappelant que le commerce bilatéral actuel dépasse les 97 millions de dollars australiens, M. Jabbour a relevé qu'avec une population de 24 millions d'habitants en Australie et de plus de 34 millions au Maroc, « il existe des atouts substantiels pour développer davantage les opportunités de coopération bilatérale dans de nombreux secteurs, notamment l'agroalimentaire et la pêche, mais également l'industrie minière, l'éducation, en plus des échanges culturels et intellectuels ».

Revenant sur la signature, mi-janvier, de l'accord de pêche Maroc-UE qui fixe les conditions d’accès pour la flotte européenne et prévoit les exigences d’une pêche durable, le patron de l'AACCI a souligné que cet accord “revêt une importance significative puisqu'il constitue l'aboutissement d'un engagement dans un long processus de négociations, de dialogue politique et de validations juridiques”.

Et de souligner que l'accord "consacre également l'intégrité territoriale du Royaume et sa position fondamentale concernant le Sahara marocain».

A Melbourne, la délégation marocaine a également rencontré la ministre de l'agriculture de l'Etat de Victoria, Mme Jaclyn Symes, et visité plusieurs établissements, notamment le centre Agri-Bio dédié à la recherche et aux technologies agricoles, et la société Mainstream, leader australien en technologies et systèmes d’aquaculture.

Cette étape a été également marquée par de nombreuses rencontres B2B entre les professionnels marocains et leurs homologues australiens.

Les activités du ministre de l'Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, accompagné de la délégation marocaine en mission de coopération ont englobé autres visites, à savoir la visite du Bureau d’administration de la station de quarantaine post-entrée.

Cette visite était une  occasion pour la délégation et opérateurs de découvrir les nouveaux dispositifs et mécanismes aménagés dans ce site dans lesquelles les importations en animaux et végétaux sont gardées en confinement afin de vérifier s’ils sont ou non infestés par des organismes de quarantaine. Les potentialités marocaines dans ce domaine ont également été mises en avant.

La deuxième visite a concerné la société RUBICON, le leader de la fourniture et de la maintenance des solutions technologiques et le périmètre d’irrigation du Victoria. Cette visite était une occasion pour s’arrêter sur les dernières innovations qui permettent une meilleure gestion des ressources hydraulique tout en améliorant la fiabilité de son approvisionnement.

Rappelons que  l’Australie est un important investisseur dans le domaine agricole au Maroc, notamment dans le domaine de l’irrigation.  

Ladite société est pionnière dans la recherche sur le contrôle hydraulique des canaux. De nombreuses avancées importantes ont été enregistrées dans la théorie de la mesure et du contrôle des débits, récompensées par plusieurs prix.

Plusieurs fermes ont été visitées pour découvrir sur le terrain le système Rubican dans ce sens.  Une éventuelle coopération avec ces experts de la recherche sur le contrôle hydraulique et de la maintenance est en cours d’étude.

lire aussi