Avec Al Boraq, c'est une nouvelle ère des chemins de fer qui s'est ouverte

5437685854_d630fceaff_b-
278
Partager :

Rabat - Portée par Al Boraq, c'est une nouvelle ère des chemins de fer qui s'est ouverte, a indiqué, mercredi à Rabat, le directeur général de l'Office National des Chemins de Fer (ONCF), M. Mohamed Rabie Khlie, à l'occasion du 2ème Colloque de la grande vitesse ferroviaire au Maroc.

Grâce à un ambitieux programme d'investissement de l'ordre de 49 milliards de dirhams qui a engendré des effets d'entraînement au profit de la Collectivité en termes de dynamisation du secteur productif national, de création d'emplois, de génération de capital immatériel, de sécurité et de préservation de l'environnement, c'est "toute une nouvelle ère des chemins de fer qui s'est ouverte, portée par Al Boraq, symbole d'une nouvelle expérience de voyage conjuguée à une capacité de l'offre disponible", surtout devant des besoins en mobilité de plus en plus accrus, a souligné M. Khlie à l'ouverture de la deuxième édition de ce Colloque organisé sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

"C'est dire que la stratégie voyageurs a été repensée de fond en comble, rendant le train plus accessible", a-t-il expliqué, notant que celle-ci a été axée sur quatre fondamentaux que sont "un nouveau concept de voyage, un plan de transport étoffé, une offre innovante pour tous et une excellence opérationnelle" et ce, dans l'objectif de faire vivre aux clients "le nouveau concept de voyage et le plaisir de voyager par train".

Vecteur de changement, "Al Boraq" étend en outre ses effets novateurs aux autres composantes de l'offre ferroviaire grâce au nouveau concept de voyage mis en place, au parcours client "entièrement repensé et aux services innovants offerts", a poursuivi M. Khlie, notant qu'Al Boraq, qui dessert un important bassin socio-économique représentant 44% de la population marocaine et générant près de 60% du PIB national, constitue, par ailleurs, un levier de développement industriel, mais aussi une opportunité pour opérer une mutation du secteur ferroviaire marocain, portant notamment sur les volets technologique, managérial et les métiers et le développement de l'ingénierie nationale à partager.

En outre, le DG de l'ONCF a révélé que l'ONCF entame un nouveau cycle de développement pour "maintenir le cap de modernisation du secteur ferroviaire" et "consolider les performances enregistrées" qui sera matérialisé dans le cadre d'un contrat-programme État-ONCF.

Dans ce sens, le ministre de l’Équipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, M. Abdelkader Amar, a fait savoir que "ce cheval ailé" a clôturé "avec succès" sa première année d'exploitation, révélant à tous le chemin parcouru par le secteur ferroviaire pour inscrire le Maroc et les Marocains dans "une ère qui s'est ouverte sous le signe de la mobilité durable et profitable", symbolisant ainsi "une nouvelle expérience de voyage".

Le secteur ferroviaire, au cœur d'une dynamique de transformation qui a permis au pays d'améliorer son positionnement au niveau régional et international aussi bien en termes de qualité que de compétitivité des infrastructures, a été marqué par une mutation particulière qui s'est distinguée par des chantiers d'envergures réalisés à travers le réseau pour "développer, voire reconfigurer, augmenter et renforcer sa capacité", a-t-il affirmé.

Au terme de plusieurs années de travail acharné et de mobilisation à tous les niveaux, Al Boraq est aujourd'hui "une fierté de toute la nation", a avancé le ministre, ce qui revient à dire, a-t-il noté, qu'il y a bien "un avant Al Boraq et un après Al Boraq".

Ce projet novateur, premier du genre à introduire la grande vitesse en Afrique, qui s'inscrit dans le cadre de la politique des grands chantiers insufflés par le Souverain, est annoncé par "des résultats très ambitieux" en termes d'activités et de qualité de service, en plus de retombées socio-économiques importantes, a indiqué le ministre de l’Économie, des finances et de la Réforme de l'administration, M. Mohamed Benchaaboun, dans une allocution lue en son nom par le secrétaire général du ministère, Zouhair Chorfi.

En effet, a souligné le ministre, au cours des deux dernières décennies, les équipes de l'ONCF ont déployé un effort remarquable de modernisation marqué par des investissements structurants qui ont permis de doter le Maroc d'un réseau ferroviaire dédié à l'amélioration de la connectivité et de la mobilité au sein du pays, tout en favorisant la qualité et la régularité des services offerts aux voyageurs, ainsi qu'aux opérateurs économiques.

Par ailleurs, l'atteinte de ce degré de performance est le fruit, entre autres, d'un accompagnement actif de l’État, a expliqué M. Benchaaboune, relevant que cet accompagnement s'est vu concrétisé à travers la conclusion de quatre contrats-programmes successifs portant essentiellement sur la restructuration de l'assainissement de la situation de l'Office, la mise à niveau et le renforcement de ses capacités, l'extension et l'augmentation de la capacité du réseau ferroviaire national, le renouvellement du parc roulant et la construction de la première ligne à grande vitesse.

Concernant Al Boraq, a-t-il révélé, les réalisations sont en phase et dépassent les résultats escomptés puisque l'ONCF a comptabilisé 2,5 millions de voyageurs à fin octobre et espère atteindre les trois millions de clients à la fin de l'année, tandis qu'en matière de qualité de service, le train à grande vitesse affiche des niveaux "extrêmement satisfaisants avec un taux de ponctualité de 97% et de 92% pour la satisfaction du client".

Organisée en collaboration avec l’Union Internationale des Chemins de Fer (UIC), la deuxième édition du Colloque de la grande vitesse ferroviaire au Maroc, tenue sous le thème "Al Boraq, vecteur de mutations multi-facettes !", constitue l'occasion de présenter les performances du train "Al Boraq" après une année de son exploitation, de partager ses retombées matérielles et immatérielles, de promouvoir le ferroviaire en général et la grande vitesse en particulier, en tant que système de mobilité durable et de s’enquérir de l’expérience des autres réseaux ayant adopté ce système de transport.