Rahma Bakouri, un amour sans bornes à ''la Broderie Slawi''

5437685854_d630fceaff_b-
332
Partager :

Marrakech - Mme Rahma Bakouri, à laquelle la 6è édition de la Semaine nationale de l’artisanat a rendu mardi, un vibrant hommage, est le modèle de la Mâalema qui voue un amour sans limites à l’art ancestral de "la Broderie Slawi".

Mme Bakouri a grandi à Salé, une cité qui a développé au fil des siècles un style de broderie propre à elle, facilement identifiable et en même temps la distingue des autres villes (Fès, Tétouan, Meknès, Chefchaouen, Rabat et Azemmour).

Un style différent par les techniques, les motifs et leurs agencements, les couleurs et leurs associations. En effet, les brodeuses utilisent le point de trait ou point de ligne à pas compté quadrillé double face ainsi que le point mélwi, une variante locale du point de croix.

Jeune fille, Rahma a rejoint en 1987 le centre de l’Entraide Nationale où elle a passé 5 ans à apprendre la Broderie Slawi et à se perfectionner dans ce métier.

Lors de la cérémonie d'hommage, cette artisane a confié comment elle a pu vivre dignement des revenus issus de son travail. Elle en est d’autant plus satisfaite qu’elle s’est assurée un toit et a pu satisfaire ses besoins et ceux de sa famille.

Mâalema Rahma raconte qu’elle n’a jamais regretté d’apprendre la broderie slawi, qui témoigne d’un goût raffiné dont s’enorgueillissent les maîtresses de maison. Cette artisane est très attachée à la continuité du métier d’autant plus qu’elle affirme que toute jeune fille qui l’apprend n’aura rien à craindre des aléas de la vie.

Même si elle affirme que la demande sur ce métier a régressé surtout depuis le début des années 2000, Mâalema Rahma garde bon espoir de voir ce métier décoller à nouveau.

Sa passion pour cet art ancestral et son désir ardent de voir la Broderie slawi se transmettre aux générations futures, l’incite à être très impliquée dans le programme de formation par apprentissage.

Elle n'a pas caché sa joie de voir le ministère du Tourisme, de l’Artisanat, du Transport Aérien et de l’Economie Sociale, procéder à la transcription de la Broderie de Salé aux côtés de deux autres métiers menacés de disparition à savoir la fabrication du Cuir Ziouani (Fès) et le Bois Incrusté de Taghzout (Al Hoceima), dans le but de les préserver et les transmettre aux générations montantes.

Ses consœurs et confrères se souviendront très longtemps de ses larmes au moment où elle reçoit cet hommage à l’occasion de la 9è Rencontre sur la préservation des métiers de l’artisanat menacés de disparition, organisée dans le cadre de la 6è édition de la Semaine nationale de l’artisanat. Elle, qui tenait à être présente à cet hommage et à rebrousser chemin aussitôt cette cérémonie finie afin de se rassurer sur l’état de santé de sa mère hospitalisée.