Liker le barhrire

669
Partager :

Vlog, d’une phonétique germanique est un terme double V. Idem pour webminaire qui est encore dans son emballage.  

Le premier vient suppléer l’anglicisme blog que le français avait essayé de traduire au début par cybercarnet avant de se rendre, comme à chaque fois qu’il est en présence d’un anglicisme, à la force des choses. Là où blog veut dire une page web sur laquelle un internaute tient une chronique personnelle, vlog signifie la même chose sauf que c’est réservé à la vidéo. Cela acquis, on comprend plus aisément que webminaire est un séminaire qui se déroule sur la toile.

En même temps que rançongiciel, logiciel malveillant, qui a l’apanage de figurer dans l’édition 2019 des deux dictionnaires français de référence,  Vlog vient d’intégrer le Petit Larousse et webminaire a remporté les faveurs du Robert illustré. Ils ne sont pas seuls à gagner leurs titres de noblesse et à faire partie des compagnons de route des mots qui viennent chaque année enrichir le vocabulaire humain. Liker fait partie de l’aventure.

Autant que moi, mon ordi a des vocables en retard sur l’évolution du vocabulaire. Il continue de souligner de son rouge institutoral le mot liker (prononcer layequer), que je croyais faire partie des inventions vernaculaires de notre jeunesse connectée.

Liker, qui donnerait à l’imparfait du subjonctif, que je likasse, vient lui aussi de faire sans autre forme de débat son entrée triomphale dans le Petit Larousse. Quand je pense à toutes les controverses et chicanes qui ont accompagné la découverte, dans des livres pour élèves du primaire, de barhrir et rh’ryeba, dialectalement délicieux au goût et à l’ouïe, je deviens un rageux, autre nouveau mot que mon vieux et dépassé ordi ne reconnait pas encore. Il veut dire enragé et violent.