Shutdown/mur: Donald Trump claque la porte d'une réunion avec les Démocrates

5437685854_d630fceaff_b-
247
Partager :

Le président américain Donald Trump a quitté abruptement mercredi une nouvelle réunion avec les chefs de file du parti démocrate à la Maison Blanche destinée à négocier la fin de la fermeture du gouvernement fédéral, la qualifiant de "totale perte de temps". 

Au 19ème jour du shutdown, M. Trump a claqué la porte des négociations au bout d'une dizaine de minutes seulement après que la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi eut refusé d’accepter le financement du mur à la frontière avec le Mexique en contrepartie d'une réouverture du gouvernement.

"Je viens de quitter une réunion avec Chuck (Schumer) et Nancy (Pelosi), une totale perte de temps", a indiqué Trump sur Twitter. "J’ai demandé ce qui allait se passer dans 30 jours si je rouvrais les choses, allez-vous approuver la sécurité aux frontières qui inclut un mur ou une barrière d’acier? Nancy a dit NON. J’ai dit bye-bye, rien d’autre ne marche!", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette réunion, le vice-président Mike Pence a réitéré la position du locataire de la Maison Blanche: "il ne peut y avoir d’accord sans mur". Pence a exhorté les Démocrates "à revenir à la table" des négociations.

Interrogé sur la sortie précoce de M. Trump de la réunion, il a expliqué que le président "a pensé qu’il n’y avait plus de raison de parler lors de cette réunion".

De son côté, le leader de la minorité démocrate au Sénat, Chuck Schumer a indiqué dans une déclaration similaire que "malheureusement, le président s’est levé et a quitté la salle", insistant que les Démocrates souhaitent parvenir à un compromis.

"Nous avons déjà soumis au président notre proposition, qui est restée sur son bureau pendant des semaines, mais ceci était vraiment, vraiment malheureux et à mon avis quelque peu inapproprié pour la présidence", a-t-il dit.

Pour sa part, Nancy Pelosi a rappelé que "de nombreux employés fédéraux ne seront pas payés", qualifiant de "tragique" cette situation pour les personnes devant rembourser leurs crédits, payer leur loyer ou leur prêt automobile.

"Le président semble insensible à cela. Peut-être pense-t-il qu’ils peuvent demander de l’argent à leur père, sauf qu’ils ne le peuvent pas", a-t-elle déploré.

L’issue de l’impasse liée au shutdown et à la construction du mur à la frontière mexicaine semble plus éloignée alors que les partis démocrate et républicain campent sur leurs positions.

Le président refuse de signer une loi budgétaire si elle n'inclut pas 5,7 milliards de dollars pour la construction de ce mur, ce que les Démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants, refusent.

Quelque 800.000 fonctionnaires gouvernementaux sont soit obligés de travailler sans être payés, soit poussés aux congés sans solde. Parmi eux, des agents en charge de la sécurité aérienne pour l'Administration de la sécurité des transports ainsi que des agents du FBI.