L’inventeur marocain Rachid Yazami pour des programmes ''ambitieux’’ de recherche et d’innovation

5437685854_d630fceaff_b-
823
Partager :

Fès - L'électro-chimiste et inventeur marocain de l'anode graphite pour les batteries lithium, Rachid Yazami, a appelé, jeudi à Fès, à l’élaboration de programmes ‘’ambitieux’’ de recherche et d’innovation, pour renfoncer la compétitivité du Maroc et sa position à l’échelle régionale et africaine.

Dans une déclaration à la presse, en marge d’une conférence sous le thème ‘’les batteries au lithium, un défi du 21è siècle’’, cette sommité scientifique a insisté sur la nécessité d’augmenter le budget alloué à la recherche scientifique et technique au Maroc.

Il a, à cet effet, mis en valeur la stratégie énergétique du Maroc, notant que ‘’le royaume a un projet national ambitieux pour arriver à l’horizon 2030 à fournir 52pc de l’énergie électrique sous forme d’énergie renouvelable’’.

‘’Il s’agit d’un record mondial’’, a estimé l’inventeur marocain, mettant en avant la feuille de route tracée par l’Agence marocaine de l'énergie solaire (MASEN) en la matière.

Mettant l’accent sur le stockage de l’énergie propre, à savoir l’énergie éolienne, solaire, hydraulique et géothermique, il a précisé que ces énergies, qui sont par définition intermittentes, peuvent être stockées pour être utilisées la nuit en cas de besoin.

M. Yazami a aussi fait part des applications des batteries des téléphones cellulaires, faisant savoir que l’électro-mobilité (les voitures électriques) va jouer un rôle ‘’très important’’ dans le futur dans le renforcement de la protection de l’environnement et l’assainissement de l’air dans les grandes villes, comme Casablanca, Fès et Marrakech.

D’autres intervenants, lors de cette rencontre, organisée par l’Université privée de Fès (UPF), en partenariat avec l’association Fès-Saiss, ont souligné que l’’’énergie est au cœur des préoccupations journalières’’, en ce sens qu’elle est devenue actuellement ‘’l’élément vital’’ des sociétés modernes, relevant que ‘’le recours aux ressources d’énergies renouvelables s’avère une fatalité devant la pénurie des ressources énergétiques fossiles que connaitra incessamment l’humanité’’.

‘’L’intermittence des ressources d’énergies renouvelables pousse à recourir au stockage au moyen de batteries pour une réutilisation en absence de la source d’énergie, ou dans des dispositifs mobiles’’, ont-ils poursuivi.

Selon l’UPF, cette manifestation s'inscrit dans sa démarche de créer des espaces d'échanges avec ses partenaires académiques de par le monde et de contribuer à la promotion du débat autour des grands sujets d'actualités.

Né à Fès en 1953, Rachid Yazami est le premier scientifique arabe à découvrir en 1980 l’anode graphite pour les batteries rechargeables au lithium, utilisées actuellement dans des téléphones mobiles et les voitures. Il est le concepteur d’une puce capable de recharger les batteries des Smartphones et les véhicules électriques en seulement dix minutes. Ces batteries au lithium, appliquées aux voitures, contribuent grandement à la protection de l’environnement.

Rachid Yazami a fait ses premières études aux lycées Moulay Rachid et Moulay Driss a? Fe?s, avant d'être admis à l’Institut Polytechnique de Grenoble (INP) en France où il a occupé le poste de directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

M. Yazami a créé l’entreprise KVI, dans le cadre de laquelle il met au point un scanner entropique de batterie.

Il compte a? son actif plusieurs brevets d’invention et des centaines de publications scientifiques. Il a reçu, notamment, le prix Charles Stack Draper de la National Academy of Engineering (NAE) en 2014 pour l’innovation des batteries lithium-ion, devenues un succès planétaire. Il est aussi titulaire en 2019 du Prix ‘’Arab Investor Award’’ dans la catégorie ‘’Application verte’’.

Il est aujourd’hui professeur détaché à la Naynag Technological Univeristy de Singapour.