Enseignement : les mesures du ministère divisent au sein de la Coordination nationale

5437685854_d630fceaff_b-
452
Partager :

Le ministère de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, secteur de l'Education nationale, a annoncé samedi 13 avril, la suspension de toutes les mesures administratives et juridiques prises à l'encontre de certains enseignants-cadres des Académies régionales d'éducation et de formation (AREF), tout en assurant le versement des salaires suspendus et le réexamen de la situation des concernés.

Ces mesures ont été prises au terme d'une rencontre tenue samedi 13 avril à Rabat et à laquelle ont pris part le président de la commission régionale du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), en sa qualité de représentant de la présidente de cette instance, et ce, dans le cadre du rôle de médiateur tel que stipulé par l'article 10 de la loi 76-15, ainsi que le président de l'Observatoire national du système de l'Education et de la formation (ONEF), les secrétaires généraux des syndicats de l'enseignement les plus représentatifs et les représentants des enseignants-cadres des Académies, indique un communiqué du ministère, affirmant que le débat entre toutes les parties concernées était "sérieux" et "responsable".

Lors de cette réunion, il a été convenu de reporter l'examen de qualification professionnelle à une date ultérieure afin de permettre aux enseignants-cadres des AREF de bien s'y préparer ainsi que de poursuivre le dialogue autour de ce dossier dans sa globalité, précise-t-on de même source.

En revanche, des communiqués contradictoires ont été publiés par la Coordination nationale  des enseignants des AREF samedi 13 avril, ce qui a créé une certaine division au sein de la Coordination nationale : la grève sera-t-elle suspendue ou poursuivie? Un communiqué de la coordination nationale, publié  dimanche 14 avril, a confirmé la suspension de la grève et la poursuite du dialogue avec une réunion prévue le 23 avril entre les différentes parties prenantes.

Toutefois, des communiqués et des publications sur les pages Facebook de la coordination, diffusés plus tard dans la journée du dimanche 14 avril annoncent le contraire : la grève est maintenue jusqu’au mardi 16 avril, le premier communiqué de la coordination est un faux document, rapportent nos confrères de Medias24.